Emma, 12 ans, veut garder contact avec sa grand-mère vivant à l’autre bout de la planète et atteinte de la maladie d’Alzheimer

Emma Yang, 12 ans, vient d’imaginer une application numérique permettant de rester en contact avec sa grand-mère atteinte de la maladie d’Alzheimer.

Le témoignage d’Emma est édifiant. L’adolescente décrit les difficultés qu’elle a à rester en contact avec sa grand-mère du fait de la distance mais surtout de la maladie d’Alzheimer qui progresse :

Quand j’avais 8 ans, ma grand-mère pensait que j’en avais 13. Et puis un jour, elle a oublié mon anniversaire et celui de mon père. Ma grand-mère souffre de la maladie d’Alzheimer. Elle vit à Hong-Kong et nous à New-York. La distance rend la communication difficile, surtout depuis que la maladie progresse. Pour ma grand-mère, il est devenu de plus en plus difficile de reconnaître et de se rappeler des gens. Elle ne se souvient pas si elle a déjà parlé à quelqu’un. Elle va rappeler la personne indéfiniment pour lui dire les mêmes choses. Elle ne se rappelle pas des numéros de téléphone ni des adresses. Elle a des difficultés à appeler ses ami.e.s. La distance n’est pas le seul problem. Sa maladie nous empêche de rester connectées, de rester proches l’une de l’autre !

 

De ces difficultés et frustrations rencontrées, Emma a décidé de créer une application numérique – TIMELESS (qui signifie éternel, hors du temps mais aussi de nombreuses fois, sans compter)- qui permettrait aux personnes touchées par la maladie d’Alzheimer de rester autonomes et de garder le contact avec leurs familles et ami.e.s.

Si la jeune fille est bien entourée (son père est ingénieur informaticien), l’idée n’en reste pas moins exceptionnelle à son âge !

L’équipe de « Ma Mamie en Poévie » aime ce genre d’initiative qui ne cherche pas forcément à guérir les malades mais à leur apporter confort et joie. Les petites contrariétés du quotidien peuvent rapidement rendre la situation invivable, les relations impossibles.

Enfin, la maladie d’Alzheimer ne touche pas que les patients. C’est une bombe à retardement qui irradie l’ensemble du tissu familial et amical. Trop souvent, les patients sont mis à l’écart et le sujet devient tabou : les premières victimes collatérales de cette maladie sournoise sont les petits-enfants qui perdent contact avec leur grand-parent et à qui on n’explique pas toujours (bien) la situation.

L’application n’est pas encore disponible mais vous pouvez d’ores et déjà en voir une démonstration sur le site viméo :

.
L’application contient huit fonctions parmi lesquelles :

  • les dernières nouvelles concernant la famille avec reconnaissance faciale sur les photos (une sorte de mur Facebook) ;
  • l’agenda du jour ;
  • le carnet d’adresse précisant le nom et la nature de la personne (Paul, fils ; Emma, petite-fille…) ;
  • la reconnaissance faciale des personnes rencontrées à l’instant via l’appareil photo ;
  • des informations à propos des patients eux-mêmes ;

 

À suivre !

Publicités

Vous souhaitez commenter ce billet ?

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s