Odile Bonneel : « le poétique : une nécessité vitale ! »

Aujourd’hui est le jour le plus triste de l’année, nul besoin de formule mathématique à l’appui. Comme me l’avait gentiment proposé Odile Bonneel peu de temps avant de nous quitter, je poste ci-après l’entièreté de son article sur notre maison d’édition et « Ma Mamie en Poévie ».

Nul besoin de connaître Odile depuis fort longtemps pour se rendre compte à quel point c’était une belle personne, passionnée et amicale, attentive et attentionnée. Elle nous manque déjà. Elle me manque déjà.

Odile Flament
alias Odile bis

*
*    *

Icdi-270
Décembre 2017


Présentation des éditions Cotcotcot !

Ma Mamie en Poévie, François David, Elis Wilk, Guillaume Lagravière, Odile Bonneel, Inter CDI, documentaliste, école, CDI, centre de documentation, cycle 3, CM1, CM2, sixième, 6ème, livre, littérature, jeunesse, enfants, classe, français

Toc Toc Toc ! (anacyclique : anagramme pouvant se lire dans les deux sens !)
Alors, entrons !
La maison d’édition numérique a été créée par Odile Flament en 2011. Le nom «CotCotCot», très estampillé jeunesse, vient d’une onomatopée de la fille aînée de l’éditrice ! Odile travaille à temps plein et convoque, en fonction du livre et des compétences qu’il demande, toute une équipe : auteur, illustrateur, compositeur de musique, infographiste, développeur. Tout est parti d’une passion pour le livre jeunesse et d’une envie de créer sa propre entreprise au service des enfants. Odile Flament forme aussi les professionnels jeunesse, notamment au Centre de Littérature de Jeunesse de Bruxelles. Et assure une veille en littérature de jeunesse sur un portail Facebook. Numerique-Jeunesse.com.
La ligne éditoriale en trois mots : « pixel-poésie-charme ». L’éditrice fait entrer le lecteur dans l’univers d’un artiste et crée tout une ambiance autour des mots. Le numérique est optimisé : pas de pli central comme dans les livres, glissements et hors champs, interactivité de pages cachées. CotCotCot n’est pas contre le livre papier et offre une autre expérience de lecture. Le lecteur, acteur, devient un « lectacteur » (JL Weissberg). On parle de « littératie numérique » : savoir utiliser l’outil numérique, comprendre, créer.
Le premier titre-phare pour tablettes et ordinateurs est Ma Mamie en Poévie de François David et Elis Wilk (analyse ci-dessous).
Un dossier pédagogique riche et bien conçu accompagne le livre numérique. Avec des fiches élèves, sur l’incipit, la narration, le « chemin de fer », la description par l’élève des effets recherchés dans les animations…
Avec des fiches enseignants : lecture lexicale et carte mentale, collage numérique et écriture créative, combinaison texte/ illustration (L’illustratrice de Ma Mamie en Poévie, Elis Wilk, dispense aussi des ateliers), jeux poétiques : « poétiver » les mots comme mamie ! (anagrammes, néologismes, métonymies, comparaisons, métaphores), activités numériques : quizz, ressources et liens, sélection de livres sur le thème grand-parent/enfant ou autour des jeux de mots… En toute fin, quelques éléments biographiques sur François David, l’auteur, Elis Wilk, l’illustratrice, Guillaume Lagravière, le compositeur.
Pour tablettes, le livre de Dominique Maes, Bleu de toi, grand imagier tactile sur l’amour parental (un papa veut offrir le plus beau des cadeaux à sa fille), composé de hachures et contre hachures au bic bleu et avec une navigation hors norme qui réserve des surprises (par exemple, la découverte des livres dans une bibliothèque vertigineuse).
En projet, un livre numérique avec le poète Thierry Cazals, sur le haïku…
CotCotCot : c’est un sacré travail sur le numérique, pour la lecture jeunesse, par une jeune éditrice dynamique et passionnée. O. B.

.

..

Comment commander ? 
*En ligne : via cotcotcot.fr ou iTunes
*Au moyen des cartes disponibles en librairie
*Possibilité aussi d’un bon de commande papier de votre établissement scolaire.
*9,99 € pour un poste
*licence PRO de 50€ pour les enseignants et bibliothécaires (pour 10 postes ou une classe entière), plateforme de vente « cotcotcot.fr »
*livrée avec la possibilité d’obtenir le dossier pédagogique
.
Aspects techniques :
Ma Mamie en Poévie est au format ePub3. Consultation depuis tablettes ou ordinateurs via :
*sur tablettes iPad et ordi MAC : l’application iBooks
*sur PC : l’extension Readium de Google Chrome
*sur Android : en attendant Readium sous Android, les applications NamoPubtreeViewer, Kobo ou Adobe Digital Edition fournissent des readers acceptables.

.

.

Analyse du livre « Ma Mamie en Poévie »

CotCotCot_MaMamie_couverture-interCDI

*DAVID, François. –Ma Mamie en Poévie/ill. Elis Wilk ; avec les voix de François David, Clémentine, Nelly Herry, Edoardo Ripani ; composition Guillaume Lagravière. –CotCotCot éditions, 2016. –EAN 9782930941004 : 9,99 euros (version numérique).
Enfance-Souvenirs-Relation grand-parent/enfant-Maladie d’Alzheimer-Poésie-Douceur-Langage-Création.

.

.

« J’ai de la chance.
Vraiment beaucoup de chance.
Ma mamie, elle est poète.
Elle joue avec les mots.
Elle les transforme, elle en invente,
c’est une jongleuse de mots
ex-tra-or-di-naire ».

Au lieu de « lapin », mamie crée le mot de « carotteur », au lieu de « crayon », le mot « mésange ». « Tu peux dessiner avec des mésanges de couleur », dit-elle. La petite fille, confiante, sent qu’elle dessine mieux avec les conseils de mamie. « Elle choisit vraiment de jolis mots, bien plus beaux que ceux dont on se sert d’ordinaire ». « Je vais délarmer le jardin » est la « mamimorphose » (beaucoup plus poétique) de « je vais essorer la salade ». De retour à la maison, la petite fille essaye d’inventer, comme mamie, des mots et des expressions qui font rêver. Mamie se souvient du passé et fait revivre papi, ressuscite son enfance par les chansons (Le Temps des cerises, Les Roses Blanches). « Ca m’attendrit. Beaucoup beaucoup », dit la petite fille. De la tendresse et de la complicité, du bonheur et du rêve, quand mamie apprend à sa petite fille à danser le sirtaki et quand elle évoque Venise et le Pont des Soupirs, la place Saint-Marc où les pigeons mangent dans leurs mains : « je sens leur bec au creux de ma paume ou leurs petites pattes sur mes cheveux ». Pouvoir sensoriel du texte et de l’illustration. Et pour final : le chat sauvage et griffu de la petite fille saute sur mamie et ronronne sur elle !! « Oui, ma mamie est une magicienne !/Une merveilleuse magicienne ».
La force de ce récit vient de l’innocente bienveillance de la petite fille qui raconte. Une complicité très tendre la lie à sa mamie « magicienne ». Ce regard aimant, naïf, disons plutôt poétique, permet d’aborder le sujet douloureux de la maladie d’Alzheimer de la mamie, tout en douceur et pudeur.
Le lecteur peut choisir entre deux voix qui racontent l’histoire : celle d’une petite fille de dix ans, Clémentine, voix primesautière, fraîche et enjouée, très agréable à écouter. Et la voix de François David, posée, forte, expressive, bien articulée (effet « Comédie Français ») qui prend par la main le jeune lecteur.
Les illustrations d’Elis Wilk sont colorées avec beaucoup de collages, photos, cadres. Le visage de mamie est un peu rétro. Et tout ceci s’anime sous la souris… ou le doigt !… A propos de l’illustration de la chanson Les Roses Blanches, en glissant la souris sur l’écran, on découvre la grand-mère endormie derrière le buisson de roses. Le son se déclenche et diffuse des perles de poésie légères et aériennes qui sonnent joliment aux oreilles et font palpiter le cœur. Les roses semblent danser et bercer mamie, la protéger. Et on croit sentir leur parfum tellement elles sont belles ! Dans une autre illustration interactive : d’un arrosoir s’égoutte de l’eau : une plante croît le long du cou de mamie (évolution de la maladie), puis les mots inventés par mamie s’écoulent de la paume de l’arrosoir. Plus tôt, la jupe de mamie, en crayons de couleur, devient xylophone (illustration et sons).
François David et CotCotCot nous font vivre là une expérience poétique intense. Par son empathie, les émotions suscitées, la tendresse, les images, les souvenirs, les « notes » justes, François David réussit à suggérer, rendre sensible, humaniser la maladie, transfigurer la douleur, visant une authenticité. Le poétique : une nécessité vitale !
Ce livre numérique enrichi déborde de créativité et d’inventions et sert une touchante histoire. Une vraie réussite et une gageure face au thème grave de la maladie d’Alzheimer, maladie qui déconcerte et meurtrit. Cycle 3. Odile Bonneel

Publicités

Vous souhaitez commenter ce billet ?

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.