FRANÇOIS DAVID

Écrire, c’est choisir. C’est aussi poser des mots. Un auteur a un rythme propre, une musique, une sensibilité, une approche, une façon d’exprimer. (…) Grâce aux mots, ou malgré eux, on peut imaginer librement.

C’est par cet extrait, tiré d’un entretien de François David avec le blog de La Mare aux Mots à propos d’un autre de ses livres, qu’il nous semblait opportun de commencer cette biographie.

En lui exposant notre désir de collaboration autour de la maladie d’Alzheimer, nous avions des craintes sur les objections qu’il pourrait nous opposer. Parmi celles-ci, le fait que nous souhaitions publier un livre numérique… C’était probablement oublier que, déjà en 1987, François publiait « VOIX/E/S », une revue littéraire sur cassette.

Peu de temps après nos premiers échanges, François s’était documenté sur la maladie, avait vu ‘Flore‘, film documentaire  de Jean-Labert Lièvre qu’il trouva « très étonnant. Et émouvant. Ouvert en tout cas. En ce sens, (…) correspond[ant] d’une certaine manière à l’esprit de notre projet. »

Nous recevions alors un premier manuscrit, accompagné de ces quelques mots :

Comment aborder [la maladie d’Alzheimer]. C’est un sujet délicat. Avec le risque soit de choquer les familles confrontées à cette maladie, soit de proposer un ouvrage de plus sur le sujet dans une approche plus ou moins pédagogique. Et il faut éviter de partir dans une direction type « tatie Danielle » qui serait gênante aussi par rapport aux souffrances diverses causées par cette maladie, aussi bien pour les malades que pour leur entourage.

(…) Je ne suis pas parti d’exemples précis et particuliers. Je me suis en revanche demandé si, par le renversement, il n’était pas possible de trouver un moyen d’exprimer, en évitant les écueils que vous évoquez aussi. Dans le livre Noir/Voir, à la fin, la narratrice entend son amie lui dire « Tu as de chance, tu es aveugle ». C’est un peu cette voie que je suggère et tente là…

Pas de doute. François avait imaginé et ‘incarné’ sur le papier la mamie de nos rêves les plus fous. Ses premières pages esquissaient le portrait d’une grand-mère tout en délicatesse et, non sans un certain humour et un brin de poésie. Car, de la poésie, il y en a certainement, dans la situation, dans les personnages, dans sa prose… même si François nous avouait se méfier de l’effet que le mot ‘poésie’ peut avoir sur le public alors que nous discutions du titre final à donner au livre. Stéphane De Groodte ayant déjà dessiné les contours de l’Absurdie… C’est une carte postale publiée par François aux éditions Møtus qui emporta notre choix pour « Ma Mamie en Poévie ».

Collaborer avec François, c’est entrer dans un processus de création exigeant et enthousiasmant. Sa bienveillance et sa simplicité font qu’on en oublierait presque l’écrivain exceptionnel qu’il est et le merveilleux travail qu’il effectue au sein des éditions Møtus. Les journalistes de France Culture ne disaient-ils pas, il y a encore peu dans l’émission d’Arnaud Laporte, que du bien de Møtus, « une petite maison d’édition qui fait de très belles choses ».

Comme dans nos projets d’édition précédents, c’est la rencontre avec un texte et son auteur, son humanité qui nous importent avant toute chose. François David est un écrivain profondément attachant, pudique et raffiné – à l’image de ses textes.

 

Petite bibliographie sélective parmi la centaine de livres écrits par François David :

  • Une petite flamme dans la nuit (2014) illustrations Henri Galeron, Bayard Jeunesse, J’aime Lire – réédition
  • Charlie (2014) Le Muscadier
  • Les croqueurs de mots (2014) illustrations Dominique Maes, Møtus
  • L’Homme (2013) Møtus
  • Un rêve sans faim (2013) illustrations Olivier Thiébaut, Møtus
  • Mon petit doigt m’a dit (2009) illustrations Aude Léonard, Møtus
  • L’enfant de la neige (2008) illustrations Marc Solal, Møtus
  • Noir / Voir (2005) Møtus
  • La petite soeur de Kafka (2004) illustrations Anne Herbauts, Esperluète
  • La véridique et lamentable histoire du Ponza bleu (1993) illustrations Gilles Pennaneac’h, Møtus et Hoëbeke

 

Liens :